Chaque semaine, nous rassemblons les nouvelles les plus importantes concernant les crypto-monnaies et la blockchain. Après tout, celui qui a l’information, réussit sur le marché.

Aujourd’hui, nous parlons de l’expansion de JPMorgan dans le domaine de la blockchain, du stablecoin basé sur la dette publique, et de nouveaux détails sur Ethereum 2.0.

1. JPMorgan recrute pour sa division blockchain.

L’entreprise prévoit de pourvoir des postes en audit, en ingénierie et en marketing. Il y a maintenant 82 postes vacants liés à la blockchain ouverts sur le site web de la holding de services financiers. La société holding est à la recherche de professionnels allant de gestionnaires de produits et de cadres stratégiques à des experts en cybersécurité.

Le PDG de JPMorgan Wealth Management a également noté que de nombreux clients de la holding considèrent déjà avec confiance le BTC comme une nouvelle classe d’actifs et souhaitent y investir.

Blockchain a le pouvoir de transformer les marchés et d’ouvrir de nouvelles solutions à d’anciens problèmes. Ceux qui l’ont compris ont déjà commencé à rechercher activement les bonnes compétences. Au fil du temps, la demande de telles compétences ne fera que croître.

2. Les cofondateurs de la banque numérique FV Bank ont déclaré avoir obtenu un brevet américain pour un stabelcoin, qui repose sur la dette publique.

Le nom de travail du projet est Yuga Coin. Du sanskrit, le mot yuga peut être traduit par «l’union de deux générations». Le Stablecoin est décrit comme «un crypto-actif tokenisé adossé à la dette publique». Les développeurs pensent que la Yuga Coin sera plus sûre que les stablecoins adossés à des monnaies fiduciaires.

En théorie, cette approche pourrait en effet être plus fiable que de s’en remettre aux banques centrales. En outre, étant donné la pression croissante sur les stablecoins, le marché pourrait avoir besoin d’alternatives.

3. Vitalik Buterin a évoqué l’impossibilité de réorganiser la blockchain après le passage à Ethereum 2.0.

Le nouveau réseau utilise la «règle de sélection des fourches LMD-GHOST», dans laquelle il y a des initiateurs et des certificateurs de blocs. L’initiateur doit proposer un bloc et le groupe de certificateurs doit voter sur la meilleure continuation du réseau.

Toutes les 12 secondes, un nouveau créneau se présente dans Ethereum 2.0, l’algorithme sélectionne aléatoirement 1/32 des validateurs (maintenant 6125), dont l’un devient l’initiateur, les autres deviennent les certificateurs. Les criminels ne seront pas en mesure de concentrer une proportion dominante de valideurs dans un seul bloc de 64 emplacements.

Buterin admet qu’une fusion trop rapide des deux réseaux pourrait créer de nouveaux risques. Mais il est convaincu que la meilleure façon de faire face à d’éventuelles réorganisations est d’accélérer la transition vers Ethereum 2.0.

Le nouveau réseau Ethereum pourrait radicalement changer le marché des crypto-monnaies. De nouvelles opportunités vont s’ouvrir pour les développeurs et les investisseurs, certains analystes pensent même que l’ETH dépassera le BTC. La mise à jour étant attendue depuis longtemps, il est peu probable que la communauté se laisse intimider par les risques limités.